Hypnose Ericksonienne

L’hypnose thérapeutique est une discipline qui permet d’accéder au réservoir de ressources inconscientes de chaque individu. Ainsi, grâce aux nombreux outils à disposition du praticien, ce dernier devient un accompagnateur dans le processus du changement et de l’apprentissage souhaité par la personne qui le consulte.

L’hypnose Ericksonienne est l’une des branches les plus influentes et répandues de l’hypnose thérapeutique.

Elle est particulièrement respectueuse de la personne car le langage utilisé par le praticien est permissif. Le praticien est à l’écoute, il adapte son style d’élocution et d’approche à la personne qu’il reçoit. Il s’appuie sur des métaphores, des anecdotes et des suggestions indirectes afin de faire lever des résistances au changement et laisser la personne accéder à ses propres ressources pour implémenter les changements souhaités.

Le Docteur Milton Erickson (1901-1980) est considéré comme le père de l’hypnothérapie moderne.

En chaise roulante et persuadé qu’il peut surmonter sa paralysie il consacre tout son temps à stimuler mentalement ses membres(en faisant de l’auto-hypnose) et va durant des mois s’entraîner à retrouver sa motricité, avec succès.

Il devient psychiatre et bouleverse la pratique de la psychothérapie par son approche qu’il a tout d’abord testé sur lui même, notamment au niveau de la gestion de la douleur.

Indications et bienfaits

Les champs d’application de l’hypnose thérapeutique sont très vastes et souvent surprenants.

On constate que l’hypnose a des effets à trois niveaux :

  • Au niveau physique : sur les manifestations psychosomatiques, la gestion de la douleur, les troubles dermatologiques, la préparation à l’accouchement, etc.
  • Au niveau du comportement : addictions (tabac, alcool…), gestion de l’excès et de la perte de poids, préparation et amélioration de la qualité du sommeil, récupération physique pour les sportifs, timidité, phobies, etc.
  • Au niveau du développement personnel et émotionnel : gestion du stress et des émotions, préparation aux concours, examens, entretien d’embauche, accompagnement lors d’un changement de carrière, confiance en soi et estime de soi, développement de la créativité…

Il faut garder à l’esprit que, même si l’on observe que l’hypnose peut avoir un impact fort sur le retour à la santé de malades, cette pratique ne soigne pas. L’hypnose permet au malade de se connecter à ses ressources naturelles et d’améliorer ses propres capacités de rétablissement. Elle ne se substitue pas à un suivi médical adapté.

Comment se déroule une séance d’hypnose ?

Une session dure environ une heure en fonction des praticiens. C’est en discutant d’abord avec le praticien que la personne décide de l’objectif de sa session. Celle-ci démarre généralement par une phase de relaxation, appelée “induction”, qui mène vers un état d’hyper-concentration, appelé « état modifié de conscience ». Attention ! Il ne s’agit pas de sommeil ni de perte de conscience. Au contraire, la personne entend, dans un état d’hyper-conscience, comme captivée par un film. Puis, le praticien utilise des suggestions d’images et d’histoires afin de guider l’individu vers son objectif. Durant la session, la personne sous hypnose entend tout ce que lui dit le praticien et peut même interagir avec lui. Le temps pour résoudre une problématique dépend de chaque personne, c’est pourquoi il ne faut pas hésiter à discuter avec son praticien afin de déterminer le nombre de séances nécessaires à l’atteinte de l’objectif fixé. Cette approche s’adresse à tous types de sujets, exceptés ceux qui souffrent d’une psychose.

Il n’y a pas besoin d’être médecin pour pratiquer l’hypnose Ericksonienne, car elle fait appel à des notions très éloignées de la médecine. Il faut également rappeler le fait que l’hypnose n’a pas pour objectif de soigner mais plutôt d’accompagner la personne.